Apprécier un vin

La dégustation du vin se déroule en trois étapes qui sollicitent principalement trois de vos organes sensoriels : la vue, l’odorat et le goût.

LA VUE : pour la couleur ou la robe

La robe d’un vin peut aller du jaune très pâle au miel pour les blancs ; du rubis au pourpre pour les rouges. Evaluez la vivacité de la couleur (brillant, voilé, trouble...) ainsi que l’intensité pour les vins rouges (transparent, sombre, presque noir) en penchant légèrement le verre. Faites doucement tourner le vin dans le verre pour observer les coulures, appelées « jambes » ou « larmes », qui se forment sur les parois. Elles peuvent être minces, épaisses ou présenter une forme d’ogive pour les vins les plus gras.

LE NEZ : pour l’arôme ou le bouquet

Plongez votre nez dans le verre en humant brièvement le vin, puis respirez un peu d’air frais pour ne pas laisser votre odorat s’accoutumer. Recommencez et analysez ce que vous percevez. Le bouquet peut être subtil, discret, fade, simple, agréable, séduisant, puissant, franc, déplaisant, complexe... Faites légèrement tourner le vin pour que les arômes s’expriment et essayez de reconnaître des familles de senteurs : végétaux, fruits, minéraux, épices ou autres (animaux, caoutchouc, carton, encre, fumée, soufre...).

LA BOUCHE : pour le goût

Prenez, lors d’une première gorgée, une petite quantité de vin et essayez de trouver si le breuvage est plutôt : mince, dilué, léger, calme, suave, pétillant, charnu, capiteux, lourd, corsé, vineux... Avalez lentement et notez si le vin est court ou long en bouche. Une deuxième gorgée vous permettra d’analyser les goûts : comment les saveurs évoluent-elles entre les lèvres et le palais, quelles notes s’épanouissent entre l’arrière-gorge et le nez ?


Humer le bouquet du vin